Zaïm: Family name

ZAÏM

الزعيم

Il y a quelques années, j’en ai trouvé au Maroc. Je pensais qu’il n’y en avait qu’à Tripoli, au Liban. Les premiers que j’ai vus à Beyrouth me semblaient des martiens. Je savais qu’il y en avait en Syrie, mais on les connaissait par un personnage très connu dont j’avais lu le nom dans les livres d’histoire. Plus tard, j’ai lu un nom dans les journaux, il était recherché par les autorités de son pays. Un homonyme à moi était auteur dans un grand journal de défense. Pas mon genre, je jure….

Il y en a en Palestine.  En Egypte, aussi. Tiens! Le Mamelouk Mahmoud Lotfi El Zaïm, gouverneur de Tripoli Liban venait d’Egypte, m’a-t-on appris. Mon oncle m’avait montré la plaque qui porte son nom sur la porte de la Mosquée El Moaalak, dans la vieille ville de Tripoli, Place Defterdar, pas loin de Bab ElRamel. Mon oncle tenait à ce que je connaisse cet ancêtre. Sois. Plus tard, j’ai appris que mon grand-ancêtre avait aussi construit la Mosquée Taham, pas loin de la Mosquée Moaalak, et tout aussi surelevée qu’elle. Moaalak veut dire “suspendu”.

J’ai souvent visité ces deux mosquées de Tripoli, sans jamais savoir pourquoi étaient-elles suspendues. El Taham est presque invisible de la rue, il faudra (il fallait) passer dans la petite ruelle, derrière le vendeur de persil pour emprunter les escaliers menant à la mosquée. J’ai grimpé une fois dans le minaret pour prendre des photos de la coupole. C’était pour un travail sur l’architecture romane et l’architecture mamelouke, que je devais soumettre à mon professeur de Civilisations en première année d’université. J’avais pris une centaine de photos de Tripoli, et bien sûr, j’ai pour l’occasion sillonné les rues de la vieille ville, chose que j’aimais faire depuis mon enfance.

Les deux mosquées sont suspendues sur une arcade (chacune) qui surplombe la petite rue. La Mosquée Moaalak est aussi en partie sur le flanc d’une petite pente ou colline qui mène vers AbouSamra, le quartier suspendu lui aussi sur une colline de Tripoli, la colline où se trouve la Citadelle. J’avais jamais imaginé la Mosquée Moaalak et son attachement à cette colline. En fait, alors que j’empruntais un jour les escaliers qui mènent de la citadelle (juste en face de l’entrée de la citadelle, quelques mètres plus bas, il y a des escaliers. Ce sont les escaliers de Akbat El….. je ne sais plus) vers Souk Al-Attarine, une porte entrouverte et attenant à un jardin m’a attiré l’attention. C’est le jardin, et plus particulièrement un palmier-dattier et un bananier m’ont attiré vers ce jardin. Poussant la porte en compagnie d’un ami québécois en visite à Tripoli, j’ai été accueilli par un groupe de Monsieur qui nettoyaient le jardin et réparaient un petit mausolée, couleur jaune Tripoli.

C’était le mausolée de Mahmoud Lotfi El Zaïm, et le jardin était celui de la Mosquée El Moaalak. On est encore plus haut que le souk, à hauteur de la Mosquée. Ce qui fait que le jardin aussi est suspendu, moaalak.

J’ai passé quelques heures avec ces gentils messieurs qui s’occupaient du jardin et du mausolée de mon grand ancêtre. On a mangé du maamoul, le fameux gateau tripolitan de la fête, car c’était la fête et Luc, l’ami québécois, ne pouvait plus en manger un de plus tellement il en avait mangé tout au long de cette semaine de février 2005 qu’il a passée au Liban.

Mise à jour en juillet 2016: J’ai découvert un homonyme qui vit en France et qui est auteur romancier.

MhdLutfiElZaimMausollee
Mausolée de Mahmoud Lotfi El Zaim, Mosquée El Mouallaq, ou homonyme.

Leave a Reply